Monster Hunter : Professeur Felyne
Bienvenue sur le forum de notre forum d'astuces consacré la série Monster Hunter
Pour profiter pleinement de tout ce que vous offre notre forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre communauté si vous ne l'êtes pas encore.
En cas de problèmes pour vous inscrire, merci de vous référer à ce lien : tuto d'inscription

Nos patch et jeux maison sont disponible à ces liens :
PatchFR MHP3RD (PSP) et MH3RD HD (émulateur / PS3)
Monster Hunter Helper : téléchargement


Astuces, soluces et tutoriels ( tutos ) sur Monster Hunter Generations, Monster Hunter Online, Monster Hunter 4 Ultimate, Monster Hunter 3 Ultimate et cie...
 
AccueilAcceuilGalerieCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Présentation de JiKu
par SoliduSFoxRud Hier à 21:11

» Presentation de Cocoris
par SoliduSFoxRud Hier à 21:08

» Salade de crustacés
par Drakes Hier à 18:05

» Débat du 21/01/2017: MHGen, réussite ou échec?
par Hutskuchi Sam 21 Jan - 22:18

» Comment avoir mhfu sur le pc
par Professeur Felyne Sam 21 Jan - 21:21

» [ MHP3rd ] Patch FR - Console PSP v3.0
par bibitheking Sam 21 Jan - 18:50

Les posteurs les plus actifs du mois
Professeur Felyne
 
SoliduSFoxRud
 
Masuku
 
Roupioer
 
BlackOu
 
picho04
 
Yamatsuka
 
Patrick
 
Hutskuchi
 
Reaster
 
Petites annonces

anipassion.com
Partagez|
Carnets de la Wycadémie: Le bon Kut-Ku de Loué
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Carnets de la Wycadémie: Le bon Kut-Ku de Loué Sam 12 Nov - 14:02
Les wyvernes aviaires ont en général une apparence aviaire comme leur nom l’indique. Plus petits que les wyvernes classiques, ils exploitent leur agilité pour neutraliser aussi bien leurs proies que leurs attaquants.

Gargwa


Découvert à Yukumo, le Gargwa habite les régions tempérées en général. Appelé oiseau rond de par leur forme, ils ne sont pas des oiseaux mais des wyvernes aviaires et partagent donc un ancêtre commun avec des créatures comme les Velocipreys. Malgré cela, ils sont très peureux. La Wycadémie songeait à les placer parmi les herbivores mais il a été découvert qu’ils étaient omnivores, se nourrissant de foudrinsectes et d’autres petits invertébrés. Etant donné leur régime alimentaire et leur ossature, ils sont donc devenus des wyvernes aviaires.
Les gens apprécient énormément les Gargwas. Domestiqués, ils sont utilisés entre autre pour le transport. S’ils ne peuvent pas porter des charges lourdes comme les Aptonoths, ils sont beaucoup plus rapides, à un tel point que cela devient dangereux, ces derniers étant connus pour éjecter parfois leurs passagers sous le coup de la panique. Ils sont cependant très utiles sur les sentiers étroits de Yukumo où les grands herbivores ne passent pas.
Leur viande et leurs œufs sont comestibles, tandis que leurs plumes sont très utiles pour les vêtements. Leur bec est quant à lui isolant, les protégeant des décharges de leur repas favori. Même leur guano est séché et moulu pour faire des poudres médicinales. Ils sont également connus pour parfois laisser un œuf d’or, même si on ne sait pas comment ils sont créés. De façon plus générale, ils laissent un œuf ou du guano quand ils sont effrayés par un prédateur.

Qurupeco


Grâce à ses vives couleurs, le Qurupeco est surnommé oiseau coloré. Il est intéressant de noter qu’il s’agit d’une des rares wyvernes aviaires capable de se tenir droite. Il est connu pour avoir deux silex au bout des ailes qu’il exploite pour mettre feu à un mucus inflammable qu’il crache. Sous ses plumes se trouvent des écailles qui s’endurcissent avec l’âge, atteignant leur solidité maximale après plusieurs années. Carnivore, il se nourrit principalement de poissons et est capable d’imiter les cris d’autres monstres grâce à leur impressionnant organe vocal. Afin de protéger leurs prises, ils n’hésitent pas à imiter le cri de monstres dangereux pour faire fuir les créatures plus modestes.
L’organe vocal du Qurupeco se développe avec l’âge, lui permettant d’appeler des créatures plus dangereuses avec l’expérience. S’ils exploitent leur appel pour pouvoir s’enfuir en général, ils combattent parfois avec les monstres et ont l’étrange capacité d’atténuer la douleur des monstres autour. Les chercheurs ont des théories, la plus pertinente serait que le chant mêlé à la danse du Qurupeco soit capable d’accélérer le métabolisme de ceux qui l’entendent. Les recherches en question restent cependant très difficiles...


Les poussins Qurupeco ont des organes vocaux opérationnels dès l’éclosion, ce qui est un danger pour eux, attirant parfois par accident des prédateurs avec leurs chants. Fort heureusement, les parents veillent au grain en appelant des créatures encore plus grandes. Ils dansent également et les parents ne doivent pas relâcher leur surveillance, récupérant parfois les petits avec leur queue plate. En effet, de nombreux poussins sont morts en chutant du nid, tentant de perfectionner leur art.


Les Qurupecos vermillons sont une sous-espèce. Plus téméraires, ils sont aussi plus coriaces et plus agressifs car vivant dans des environnements hostiles. Leurs silex ont évolué pour générer de l’électricité et ils peuvent créer des flashs lumineux. Il a également été noté que leur cri est plus puissant, pouvant assourdir les chasseurs imprudents, et qu’ils possèdent plusieurs couches d’écailles.
Les plumes du Qurupeco et ses ailes sont utilisées pour fabriquer des souvenirs au village Moga tandis que leur bec est très apprécié en tant qu’instrument de musique. L’œil du Qurupeco vermillon est exploité pour faire des bijoux très appréciés au sein de la noblesse.

Yian-Kut Ku


Plutôt timides et tranquilles, ils ne se battent que rarement, seulement pour défendre leur territoire. Leur alimentation repose sur des vers, des insectes et des Neopterons. Ils utilisent leur bec pour creuser le sol et déterrer leur repas. Après leur repas, ils laissent un petit trou et y perdent parfois une écaille, indiquant leur passage aux chasseurs. Ils sont capables de cracher un liquide inflammable, en produisant plus quand ils s’énervent. Ils sont également protégés par une carapace ignifuge et la palmure de leurs ailes est plus utile que leur peau pour le travail. Il a été également noté qu’ils avalent des bézoards comme les Hypnocatrices (pierres permettant de broyer la nourriture dans l’estomac).
Leurs grandes oreilles servent à intimider les prédateurs. Elles les dotent également d’une ouïe très fine qui peut se retourner contre eux, les assommant en cas de son fort à courte portée. Ils s’énerveront cependant après le choc.


Si la météo est bonne, les Yian Kut-Kus se reproduisent tout au long de l’année. Cependant, si de nombreux Kut-Kus naissent la même année, la nourriture se fait rare l’année suivante. Même si de nombreux meurent au cours de cette année, l’année sera plus propice aux naissances (équation de Lotka-Volterra pour les plus scientifiques). Au cours de la période de reproduction, les femelles voient des plumes pousser sur leur torse afin de réchauffer leurs œufs. Il a été suggéré qu’il s’agirait de vestiges de leur ancêtre. Pendant cette saison, les chasseurs sont dépêchés pour récolter lesdites plumes qui servent dans des vêtements.


Beaucoup plus agressifs que la version classique, le Yian Kut-Ku bleu est aussi extrêmement rare. A ce jour, le mystère plane s’il s’agit d’une véritable sous-espèce ou d’une simple mutation, d’autant plus qu’il ne présente aucune particulière différence avec les Kut-Kus classique par rapport à l’écologie.


Yian Garuga


Les Yian Garugas sont très belliqueux de nature. On n’en a jamais encore déterminé la raison, ils semblent juste accro au danger. Du coup, il n’est pas rare de voir des Yian Garugas portant de grandes blessures, borgne ou aux oreilles endommagées. Et il ne faut pas non plus les sous-estimer, ces cicatrices signifiant que lui a survécu, pas l’adversaire. Leur bec est particulièrement aiguisé, leur permettant de perforer leur proie et leur poche de flamme est aussi puissante que celle des wyvernes volantes. Dotés de jambes puissantes, ils sont très doués au saut, si bien qu’ils peuvent se dégager sans difficulté des fosses piégées. Leur queue possède comme celle de la Rathian des pointes empoisonnées.
Semblant partager un ancêtre commun avec le Yian Kut-Ku, il est cependant bien différent. Ses grandes oreilles, en plus de servir à intimider, lui procurent une bonne ouïe également mais il est capable de les boucher afin de se protéger des sons forts. Leurs écailles de plus présentent une teinte violette et sont beaucoup plus résistantes. Pour ce qui est des relations entre les espèces, les Garugas attaquent régulièrement les Kut-Kus pour leur prendre leur territoire, après avoir bien sûr tué le précédent occupant. Sauf les femelles qui se comportent en parasites. Mauvais parents, les Garugas cherchent des nids de Kut-Kus dans lesquels ils détruisent tous les œufs avant de laisser les leurs, un peu comme les coucous. Il semblerait que les Kut-Kus ne se rendent pas compte de la supercherie et nourrissent un petit qui n’est pas le leur.


Les Yian Garugas Oeil-Mort sont des individus âgés mais particulièrement agressifs qui ont survécus à de nombreux combats, frôlant parfois la mort mais jamais ne la joignant. Différentiables à la lueur rouge de leurs yeux, similaire à celle d’un Nargacuga, ils ont développé un poison beaucoup plus violent que celui des Garugas normaux, nommé poison fatal. Beaucoup plus réactif, il provoque d’intenses douleurs avant de se volatiliser très rapidement. Ses ailes et sa carapace sont aussi couvertes par une mystérieuse mousse et son oreille restante est légèrement endommagée et parfois change de couleur avec l’âge. Ils sont bien plus violents au combat, étant plus forts et pouvant entrer dans des états de rage berserk spectaculaires.


Leur corps présente de nombreuses cicatrices, mettant en garde les chasseurs. Il est raconté dans les tavernes que les blessures de la bête proviendraient de combats avec les chasseurs qu’il aurait tué et ce ne serait pas étonnant vu sa capacité à transformer les chasseurs en proies. C’est pour cette raison que les chasseurs ont besoin d’un permis spécial pour l’affronter.


Gypceros


Parfois confondus avec les wyvernes volantes, les Gypceros sont des wyvernes aviaires très tranquilles qui passent leur temps à voyager. On soupçonne leur extrait d’énergie de leur donner une telle endurance, ainsi que leurs jambes puissantes. Dans certaines régions, les Gypceros parviennent même à courir aux murs. Très curieux et omnivores, ils volent parfois des objets aux chasseurs. Leur peau ne porte pas d’écailles, seulement une mystérieuse substance caoutchouteuse, résistant à l’eau et absorbant les coups. Elle résiste aussi aux toxines et poisons, supposément à cause de certaines bactéries se développant dessus, théorie basée sur son étrange odeur. Cependant, elle résiste mal aux armes tranchantes.
Très intelligents, ils exploitent un arsenal de techniques variées pour se défendre. Leur crête, composée de minerais ou de cristaux de lumière selon l’individu, peut produire un puissant flash quand elle est frappée avec le bec. Le mystère plane encore quant à leur immunité au flash et ils s’en servent également du coup pour attirer les femelles à leur nid en période de reproduction.
Ils possèdent également un sac à venin qui leur permet de cracher des quantités variables de poison. Etrangement, il entretient une relation de symbiose avec certaines plantes qui exploitent sa salive toxique pour pousser. Ils sont aussi capables de feindre la mort, les plus anciens pouvant même feindre la paralysie, le sommeil ou le fait d’être pris dans un piège.


Les Gypceros améthyste sont une sous-espèce au venin plus puissant. Il a aussi été noté qu’ils vivaient dans des endroits plus chauds.


Hypnocatrice

Les Hypnocatrices sont une des wyvernes aviaires les plus primitives. Nommé oiseau du sommeil, ils sont capables de cracher une substance somnifère à leurs adversaires. Cette substance est produite grâce à son régime alimentaire omnivore, via les herbes du sommeil, les somnipoissons, certains insectes et d’autres composants. Afin de digérer ces mets variés, ils ingèrent des bézoards, des pierres utilisées par certains oiseaux pour broyer leur repas.
Malgré le fait qu’ils ressemblent énormément à des oiseaux, leurs ailes sont plus proches des wyvernes volantes, ce qui a souvent amené les chercheurs à la confusion. Il est désormais communément admis que l’Hypnocatrice pourrait être un descendant direct de la wyverne aviaire éteinte Bordoru.
Bien que tranquilles, ils défendent leur territoire. Leurs griffes sont particulièrement affûtées pouvant éventrer des adversaires en un coup et leur bec a une forme très caractéristique, semblant porter un croc.


Lors de la saison des amours, les mâles se parent de plumes plus vives pour attirer des femelles. Ces oiseaux du sommeil bleus sont beaucoup plus agressifs et produisent de fortes phéromones. Ils sont aussi forcément plus rares et leurs matériaux sont très appréciés.


Leur peau orange vif est utilisée pour faire du cuir tandis que les plumes de la queue servent à faire des bijoux appréciés par les jeunes femmes. Les bézoards aussi sont exploités dans la bijouterie, ceux des mâles en période de reproduction brillant de multiples couleurs. Même les becs peuvent servir d’ustensiles.



Malfestio


Le Malfestio a été découvert récemment dans des environnements sombres comme la Frontière Jurassique ou l’Ile Déserte. Surnommé oiseau nocturne, son visage a une ressemblance avec celui d’un bouffon, les couleurs de ce dernier renforçant ce sentiment. Comme les chouettes classiques, il est capable de tourner sa tête de façon assez spectaculaire pour compenser le positionnement de ses yeux. Il dort également dans les arbres afin d’éviter les prédateurs. Ses oreilles sont également assez belles et musclées, lui permettant de les dresser pour intimider un adversaire.
Le Malfestio a un arsenal de combat particulièrement varié. Il attaque ses proies sous le couvert de la nuit, ses écailles coupant le son de son vol, avant de les frapper avec ses serres mais aussi avec ses ailes. Si celles-ci paraissent normales en apparence, elles dissimulent de longues griffes tranchantes comme des épées, superposées au repos. Il ne les révèle qu’en s’énervant. Il est également capable de lancer un puissant rayon ultrasonique à ses proies et entre ses plumes se cachent d’étranges écailles dorées. Il ébouriffe ses plumes avant de s’en servir pour en faciliter la libération et créé des nuages avec. Une fois inhalées, ces écailles trompent l’esprit, provoquant des hallucinations. Il a été noté qu’on trouve plus de ces écailles sur la membrane de ses ailes.
La viande de Malfestio est très appréciée des chasseurs et ses plumes sont utilisées dans des vêtements et décorations. La queue est prisée pour sa superbe combinaison de bleu et d’or.

Revenir en haut Aller en bas
Pseudo IG : Darktoon
Rg MHGen : X
Rg MH4U : 258
Rg MH3U : 72
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Carnets de la Wycadémie: Le bon Kut-Ku de Loué Sam 12 Nov - 14:17
Bonjour,
Vous avez écrit Qurupeco pourpre, mais ce n'est pas plutôt Qurupeco vermillon ?
Sinon c'est encore un article très intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Carnets de la Wycadémie: Le bon Kut-Ku de Loué Sam 12 Nov - 15:12
... J'ai honte, bien vu!
Corrigé merci ^^"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Carnets de la Wycadémie: Le bon Kut-Ku de Loué Aujourd'hui à 7:29
Revenir en haut Aller en bas
Carnets de la Wycadémie: Le bon Kut-Ku de Loué
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [A faire vivre] Carnet de dessins d'Yvengel Wercer
» Les carnets de Louis-Hector-De-Ségure
» Navigations littéraires
» [HL/Nains - 1500 points] Carnets de voyage en Lustrie
» Carnets de voyage de stefro

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Monster Hunter : Professeur Felyne :: Questions, online et astuces :: Tous les opus Monster Hunter :: Astuces :: Monstres-