Monster Hunter : Professeur Felyne
Bienvenue sur le forum de notre forum d'astuces consacré la série Monster Hunter
Pour profiter pleinement de tout ce que vous offre notre forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre communauté si vous ne l'êtes pas encore.
En cas de problèmes pour vous inscrire, merci de vous référer à ce lien : tuto d'inscription

Nos patch et jeux maison sont disponible à ces liens :
PatchFR MHP3RD (PSP) et MH3RD HD (émulateur / PS3)
Monster Hunter Helper : téléchargement


Astuces, soluces et tutoriels ( tutos ) sur Monster Hunter Generations, Monster Hunter Online, Monster Hunter 4 Ultimate, Monster Hunter 3 Ultimate et cie...
 
AccueilPortailGalerieCalendrierWiki Monster HunterFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» [ MHP3rd ] Patch FR - Console PSP v3.0
par kouishen160 Aujourd'hui à 22:17

» Ma présentation
par kouishen160 Aujourd'hui à 22:15

» [ ISO PPSSPP ] Télécharger Monster Hunter 3rd HD [ MH3rd ]
par tomoe Aujourd'hui à 16:54

» Presentation de tomoe
par tomoe Aujourd'hui à 16:48

» Présentation de Mélanie
par Mélanie Kitenge Aujourd'hui à 14:27

» [ MH3RD ] Codes Triche Monster Hunter 3rd [ ULJM-05800 ]
par Dydy'n Game Aujourd'hui à 7:15

Les posteurs les plus actifs du mois
Masuku
 
kingvall
 
Starc77
 
AlphKiki0
 
daodejin
 
darryl
 
ThePullPaut43
 
yeeto51
 
Professeur Felyne
 
Thomas Alves
 
Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.



    Partagez|
    Carnets de la Wycadémie: Maîtres des cieux
    avatar
    Pseudo IG : Masuku
    Rg MHGen : 90
    Rg MH4U : 700
    Voir le profil de l'utilisateur

    MessageSujet: Carnets de la Wycadémie: Maîtres des cieux Dim 27 Nov - 12:32
    Grandes créatures bipèdes, les wyvernes volantes possèdent deux ailes. Elles représentent un ordre très diversifié à ce jour et ayant réussi à envahir tous les biomes.

    Rathian


    La wyverne de feu femelle, reine de terre, est une des wyvernes les plus communes. Dotée d’une puissance de feu supérieure à son mâle, elle semble également plus agile au vol que ce dernier malgré son titre. Sa queue présente des pointes empoisonnées qui lui permettent de tuer ses proies au moyen d’un back flip spectaculaire. Même les novices savent qu’il faut se méfier de la Rathian qui fait un pas en arrière. On a noté que les Rathians de Moga et Val Habar possédaient des jambes différentes, suggérant une sous-espèce locale. Elle possède des écailles particulièrement fines sur le dos appelées pointes. Semblables à des poils, elles contiennent du venin et leur nombre augmente avec l’âge.


    Elle est une mère poule, protégeant et prenant soin de ses petits au nid tandis que son mâle patrouille le terrain depuis les cieux pour protéger leur nid douillet. Elles récupèrent de la nourriture et utilisent la pointe sur leur mâchoire pour donner cette dernière aux jeunes, déjà dotés d’un système digestif très performant. On l’observe d’ailleurs dans de nombreuses régions au moment de la saison reproductrice pour trouver son partenaire.


    Les jeunes Rathians sont des sujets d’entraînement idéal pour les chasseurs débutants. Leur chair et leurs œufs sont des mets très populaires et de par sa large répartition, elle est très régulièrement chassée.


    La Rathian Reine-Poison est une créature magnifique mais aux mouvements meurtriers. Elle peut rapidement transformer un terrain en champ de mines. En effet, sa queue a muté et produit énormément de venin qu’elle projette avec ses mouvements. Le poison se cristallise même et est abandonné après certaines attaques brutes sous forme de grands cristaux semblables à des roses. Il a été suggéré que cette mutation serait provoquée par les environnements où elle habite. Sa coloration elle-même est due au poison qui a été jeté sur ses écailles et sa carapace, si bien qu’il est dangereux de manier ces composants à mains nues.


    La Rathian sakura est une mutation génétique. Plus agressive et plus rapide, elles sont plus audacieuses également, les rapports indiquant même qu’une aurait attaqué un navire. Dans certaines légendes, la Rathian sakura gardait une jeune fille, suggérant que la bête pourrait toutefois être calme. Ce fait aurait été confirmé par des chasseurs ayant adoptés des jeunes.


    Encore plus rare, la Rathian dorée est une autre mutation. Trouvable dans les Tours mais également dans d’autres régions plus communes, ses capacités au combat sont encore plus poussées, égalant quasiment celles des dragons anciens. On a noté qu’elle vivait dans des zones pas trop chaudes, son corps absorbant vite la chaleur. Ses écailles reflètent la lueur du soleil, lui conférant une aura sacrée et ses pointes percent facilement les armures.


    Rathalos


    Le roi des cieux est aussi célèbre que sa compagne. Plus habitué au vol, il protège le nid depuis les airs, fondant sur les menaces depuis les cieux comme un faucon avant de plonger ses griffes dans leur corps, leur injectant un venin puissant. Si cette manœuvre échoue, il les pilonne alors de boules de feu. Ses boules sont générées par des poches de flammes potentiellement liée à sa moelle qui s’embrase à l’air. Sa gorge n’étant pas ignifuge, il brûle cette dernière au moment de tirer mais celle-ci a évolué pour récupérer très vite des brûlures. La vision du Rathalos est très précise pour lui permettre ses frappes éclairs. Vivant dans les zones volcaniques, ils voyagent pour trouver leur femelle, amenant à leur signalement un peu partout de par le monde pour peu qu’il y ait de la nourriture. Les gens le chassent principalement à cause de sa popularité, considéré souvent comme un Symbole de la Nature.


    Le Rathalos Roi-Enfer est qualifié de Roi des Wyvernes Volantes. Pourtant, on ne sait pas exactement de quoi il s’agit. Son nom vient de ses teintes plus sombres et des traces dorées sur ses ailes. Plus grandes, ces dernières lui permettent de se stabiliser plus longtemps dans les airs. Cela pourrait être une des raisons pour lesquelles il résiste aux bombes flash tant que ses ailes ne sont pas endommagées. Son organisme est également mieux adapté au feu, lui permettant de déclencher des morsures enflammées. Les légendes disent que son feu peut tout brûler, laissant la terre dévastée sur son passage. En pratique, sa poche de flamme comprend une poussière capable de s’embraser à l’air. Son venin est également plus dangereux que celui des Rathalos ordinaires. On l’a déjà vu chasser aux côtés des Rathians Reine-Poison, rappliquant parfois au rugissement d’une inconnue. Son corps étant plus ardent, il est recommandé de ne pas toucher ses écailles et sa carapace à mains nues, au risque de brûlures.


    Le Rathalos azur est une mutation génétique. Il se cache en général dans des zones boisées ou à ciel ouvert, lui permettant d’être plus discret depuis les cieux ou dans les bois grâce à sa couleur. Ses capacités au combat sont plus développées.


    Le Rathalos argent est une mutation extrêmement rare. Vivant dans les mêmes régions que la Rathian or, il peut lui aussi rivaliser avec les dragons anciens au combat. Son corps génère un fluide particulièrement puissant qui brille même dans le noir. De façon générale, son corps brille dans les ténèbres, même si on ne sait pas encore si c’est lié à ce fluide.


    Seregios


    Connu depuis longtemps des services de la guilde, le Seregios n’avait jamais été observé dans les territoires où il a été récemment observé. Ils viennent d’un autre continent et ont donc été considérés comme une espèce invasive. Ils ne vivraient même pas dans des déserts en fait. En réaction, les chasseurs ont été autorisé à les chasser mais peu afin de ne pas perturber cette faible population. Une enquête a révélé que cette migration était en fait une fuite face à un spécimen Apex, un Seregios infecté par un virus encore inconnu qui l’a rendu surpuissant pour son espèce.


    Les Seregios sont de fait des combattants particulièrement violents et très territoriaux. Ils n’hésitent pas à s’affronter pour de meilleures terres, les duels finissant souvent avec un mort. La largeur des territoires est liée à la taille du spécimen, expliquant la violence du spécimen Apex. Si un Seregios est détrôné, il ira alors chercher un nouveau territoire en expulsant un autre grand prédateur du coup. Un rapport récent indique qu’un Seregios aurait volé le territoire d’un Monoblos. Ce Monoblos serait celui qui a tué la femme du chef de Kokoto et il est aujourd’hui supposé que ce Seregios aurait été dans les parages lors de l’accident mortel.


    L’arme principale du Seregios sont les Aérolames. Lui servant à marquer son territoire, elles peuvent trancher la peau de ces adversaires et être lancées de loin. A l’impact, elles laissent de profondes lacérations, déchirant même la roche. Sur une créature, les blessures sont longues à la récupération et particulièrement douloureuses. Les serres du Seregios ont une forme lui permettant de saisir ces proies, limitant les possibilités de fuite. Ils n’hésitent d’ailleurs pas à utiliser la bête captive comme projectile contre des adversaires, les plus grands Seregios ayant été vu manier des petites wyvernes volantes voir même des petits Seregios. Ses ailes sont particulièrement efficaces et il dispose d’une grande agilité au vol comme le Rathalos, ses griffes l’aidant à se stabiliser et à répartir son poids. On a également noté qu’il partageait de nombreux points communs avec d’anciennes wyvernes.


    Astalos


    Découverte dans les environs de Kokoto récemment, la wyverne électrique manie la foudre de bien des manières. Il défend son territoire contre absolument tout. On l’a vu attaquer des grandes wyvernes comme les Rathalos, même si ces derniers ne portent aucun intérêt à l’agresseur. Ils sont du coup souvent ceux qui portent le premier coup. Et même quand l’adversaire bat en retraite, l’Astalos s’acharne jusqu’à la mort. Par la suite, il se nourrira sur sa victime. De par cette ultra agressivité, ils peuvent complètement perturber l’équilibre écologique d’un biome, en faisant des menaces à neutraliser rapidement. On l’a même déjà vu dévorer ses propres petits, même s’il apparaît qu’il s’agit d’accidents où le parent confond sa progéniture avec des Neopterons.


    Le corps entier de l’Astalos est un organe électrique. Sa crête, sa queue et ses ailes se chargent en permanence, exploitant les surfaces importantes de sa carapace aiguisée pour générer de l’électricité statique en vol. Plus son corps est chargé et plus ses attaques sont puissantes et larges. Ses ailes lui permettent de voler aussi bien qu’un Rathalos mais il s’en sert également pour frapper ses adversaires. Elles peuvent aussi produire un champ électrique tuant les Neopterons. Sa queue quant à elle lui sert à capturer ses proies en les paralysant.


    Khezu


    Vivant dans les cavernes humides, les Khezus sont assez difficiles à étudier. Leur peau est flasque et enduite d’un mucus supposé aider à la propagation du courant à travers leur corps. On a également noté des poils sur le ventre de certains individus. Doté d’un organe électrique, ils utilisent leur queue pour se stabiliser en déclenchant un champ électrique puissant. Ils sont également particulièrement talentueux pour l’escalade. Les foudrinsectes se nourrissent apparemment sur les organes électriques des Khezus morts et son extrait pâle sert dans de nombreuses décoctions.
    Chasseur embusqué, il repère ses proies à l’odeur, étant aveugle. Cependant, les recherches ont montré qu’il semblait pouvoir repérer certains individus, les plus petites proies en général. Il a été suggéré qu’ils pourraient utiliser leur champ électrique pour détecter la chaleur et estimer la taille de leurs victimes. Leur cou est particulièrement souple, suffisamment pour frapper depuis le plafond des cavernes. Ainsi, il se place furtivement au-dessus de la proie puis étend son cou avant de l’avaler vivante, d’où sa tendance à viser des petites proies. Sa salive légèrement acide l’aide à digérer ses repas.


    Leur reproduction suit le même principe, le Khezu étant hermaphrodite. Il attend le passage d’une victime et lui injecte discrètement des œufs. Ceux-ci éclosent plus tard et les jeunes Khezus se nourrissent sur l’animal vivant. On les a déjà également vu attendre discrètement dans des crevasses pour sauter sur les victimes de passage. Fait amusant, les larves de Khezu sont un met prisé.


    Fait très surprenant, les Khezus rouges sont les spécimens réguliers. En effet, le Khezu classique a subi une dégénérescence génétique qui lui a donné sa couleur pâle. Les Khezus rouges sont plus forts, ont un cou plus puissant et sont mieux adaptés aux environnements froids. Leur peau est plus appréciée en général car plus douce et plus belle.


    Giggi et Gigginox


    Cousin du Khezu, les Gigginox passent la majorité de la journée à dormir, s’activant pendant la nuit. Ils ont toutefois des sens affûtés malgré leur vue et s’éveillent s’ils sentent une proie, la pourchassant furtivement. On pense qu’ils utilisent une détection thermique, ayant tendance à attaquer les chasseurs portant des torches. Ils se tiennent au plafond grâce à la peau rouge de leur ventre, ressemblant fortement à celle des pattes des geckos.


    Son corps produit un mucus. Ils sont également capables de produire un fluide toxique bioluminescent, ce dernier se mélangeant au mucus pour les rendre plus sombres quand ils s’énervent. Particulièrement intelligents, ils stockent la nourriture dans les cavernes, s’en servant pour appâter parfois des proies. Ses dents et ses crocs ont évoluer pour entamer ses proies gelées.


    Les apparitions importantes de Gigginox sont parfois causés par un individu particulièrement reproducteur. Hermaphrodite, ils peuvent s’auto féconder par parthénogenèse, amenant à des explosions de la population. Les petits, les Giggis, sont livrés à eux-mêmes dès la naissance. Des centaines naissent mais rares sont les survivants. Ils se nourrissent de sang qu’ils utilisent pour synthétiser leur propre toxine. Quand ils atteignent une certaine taille, ils s’enveloppent dans un cocon au moyen d’une substance produite par leur bouche afin de passer à l’âge adulte. On a vu ces cocons dans la Toundra et l’Ile déserte.


    Les Gigginox foudroyants sont une variation génétique. Ils sont la confirmation d’un ancêtre commun avec le Khezu, les organes électriques étant théoriquement situés à la place des poches de poison. Leur divergence génétique les empêche de pondre et de se reproduire. Ils sont donc stériles. Ils ne stockent pas non plus les proies, étant constamment en chasse.


    Monoblos


    Plutôt rares, ils ne sont donc que peu chassés. On les trouve dans les déserts où ils se nourrissent de cactus, dotés d’un régime purement herbivore. Ils sont moins agressifs que les Diablos, étant même plutôt timides. Ils ont des jambes particulièrement puissantes leur permettant de charger, leur corne pouvant se planter profondément dans la roche, et peuvent fouir, se cachant dans le sable et écoutant leur proie avec l’ouïe. On suppose que leur apnée est assurée par un cœur multiple similaire à celui des baleines. Leurs poumons jouent aussi un rôle crucial, leur permettant de pousser leurs célèbres cris surpuissants.


    Lors de la saison des amours, les mâles utilisent les teintes rouges de leur collerette pour attirer les partenaires et intimider leurs rivaux. Cette collerette est aussi utilisée plus généralement en intimidation. Les couleurs rouges sont en généralement dissimulés par le sable incrusté dans leur carapace.


    Les Monoblos ivoires sont une sous-espèce encore plus rare. Beaucoup plus agressifs, ils tuent chaque année des chasseurs. La créature est devenue une cible populaire, son armure montrant le cran de ceux qui se mesurent à cette bête mortelle.


    Diablos


    Plus nombreux que les Monoblos, les Diablos sont particulièrement territoriaux et destructeurs. Ils rasent régulièrement des villages dans leurs colères, mettant en fuite les chasseurs. Ils se frottent également aux membres de leur espèce, parfois même leurs partenaires ou leurs petits. Il s’agit la plupart du temps cependant de mâles affirmant leur domination.


    Leur ouïe est excellente, leur permettant de compenser une mauvaise vue et de pourchasser leurs victimes sous le sable. Quand ils s’énervent, une fumée noire est produite par un organe interne, servant à intimider. Ils sont connus pour pousser un cri surpuissant. Leurs cœurs sont aussi très prisés.


    Plus grandes, les femelles se parent d’une teinte noire à la saison des amours. Cette couleur est un avertissement, cette dernière indiquant que la bête est dans une… Colère noire, littéralement. Même les mâles doivent se méfier, celles-ci défendant leur territoire avec ardeur.


    Basarios


    Les jeunes Gravios sont nommés Basarios. Surnommé wyverne roc, il se cache dans le sol, laissant son échine dorsale visible, ce qui lui confère l’apparence d’un rocher. Il s’en sert pour éviter les prédateurs et piéger les Neopterons et autres petites créatures qu’il mange pour compléter son régime majoritairement minéral. Sa carapace est moins solide que celle du Gravios car en cours de développement. Il la renforce en mangeant des minerais qui sont digérés dans son ventre par une bactérie spéciale qui lui procure des nutriments en prime. Ils vivent dans des environnements variés allant jusqu’aux volcans. Certains voient leur carapace brûlée par la lave, prenant alors une teinte noire qui les suivra toute leur vie.
    Au combat, ils utilisent un gaz toxique, servant également à chasser les proies. Seuls les individus les plus âgés sont capables de cracher des jets de flamme, certains jeunes arrivant à cracher des boules de feu. De nombreux chasseurs récoltent les minerais sur sa carapace. Les larmes du Basarios sont en fait un dépôt minéral se faisant près des canaux lacrymaux de la bête. Dans certains régions éloignées, les individus âgés parviennent à abandonner des morceaux de roc chargés en gaz pour piéger leurs adversaires.


    Le Basarios rubis est une sous-espèce découverte il y a peu. Il a été surnommé wyverne roc pêche à cause de sa couleur. Très rare, il porte des cristaux sur son dos qui se détachent quand il s’agite, lui offrant une arme supplémentaire. Il est à ce jour inconnu si la bête conserve les cristaux en vieillissant.


    Gravios


    La wyverne armure est la plus grande et la plus lourde des wyvernes volantes. Toutefois la classification est dure à confirmer, ses ailes ayant dégénéré, ne lui permettant plus que de voler très occasionnellement sur de courtes distances. Sa carapace plus grande et plus large le protège mieux et le rend plus mobile par rapport à sa forme juvénile. Très territoriaux, ils éliminent les menaces à vue. Ils possèdent la même bactérie que les Basarios mais ont un goût prononcé pour les minerais explosifs qui les aident à cracher leur fameux tir de feu capable de perforer la roche. Pour se protéger pendant qu’ils s’alimentent, ils émettent un gaz blanc pouvant endormir les prédateurs. Ils ne parviennent pas toujours à se procurer assez de nutriments ainsi et chassent occasionnellement. Malgré leur grande taille, ils conservent un prédateur, le terrible Akantor. Les humains apprécient également sa chair et ses ailes dans de nombreuses régions.


    Son armure et sa grande taille lui permettent de résister à la chaleur intense de la lave. Il transporte même parfois de la lave entre les plaques de sa carapace et peut nager dans cette dernière. Ses organes les plus importants sont situés au centre de son corps pour les protéger et il est capable de récupérer de l’énergie au moyen de la chaleur volcanique.


    Occasionnellement, ils doivent évacuer cette chaleur en émettant un gaz brûlant.
    Fait notable, Gravios et Diablos ont un ancêtre commun, une créature trouvable dans les déserts lointains nommée Gureadomosu.


    Les Gravios onyx ne sont pas une sous-espèce mais des Gravios dont la carapace a été brûlé quand ils étaient encore de jeunes Basarios. Ils absorbent et stockent plus de chaleur, les poussant à cracher leur feu et expulser leurs gaz plus souvent. Leur carapace se renforce également grâce à la chaleur, les protégeant contre les dégâts de glace. Leur crâne possède un renfort facial qui leur permet d’endurer leur propre souffle. Il a été noté que la moelle des Gravios onyx s’embrase extrêmement vite à l’air, si bien qu’il faut des technologies spécifiques pour la travailler. Le sang issu de cette moelle peut même fondre la roche.


    Barioth


    Très intelligents, les Barioths sont des chasseurs polaires. Leurs défenses servent à impressionner les femelles pendant la période reproductrice. Plus ils sont longs et plus ils ont de chances de séduire. Ils envahissent le territoire des femelles à leurs risques et périls, pouvant être rapidement chassés. Les femelles se dissimulent pour mettre bas et donnent naissance à 2 ou 3 petits qui passeront leurs premières années cachés dans les cavernes.


    Proches des Nargacugas, ils sont cependant des wyvernes volantes de par leurs aptitudes au vol équivalentes à celles des Rathalos. Leur fourrure est plus douce et ils possèdent une carapace souple mais résistante. Ils sont connus pour cracher des tornades. Le procédé est assez intéressant. Une poche de glace combine un liquide cryogène avec l’air qu’il inspire. L’humidité de l’air et le fluide créent un bloc de glace. Ce bloc tourne sur lui-même et accélère grâce aux poumons et aux poches de glace du Barioth, provoquant la tornade à l’impact. Afin de pouvoir se déplacer aisément sur la banquise, leurs ailes présentent des crampons. Une fois ceux-là détruits, le Barioth perd souvent l’équilibre.


    Les Barioths des sables sont une sous-espèce. Ils sont réputés pour polir et affûter leurs crocs, les rendant plus solides et leur conférant une teinte bleutée. Exploitant les grands espaces sans murs des déserts, ils génèrent des tornades différemment par rapport à l’espèce originelle. Ils s’en servent bien mieux, générant des petites tornades pour se défendre et aveugler les proies. On les a aussi vu couvrir leur visage de sang afin de limiter l’échauffement de leurs corps au soleil.

    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Pseudo IG : Hutskuchi
    Rg MHGen : 7
    Rg MH4U : 300
    Voir le profil de l'utilisateur

    MessageSujet: Re: Carnets de la Wycadémie: Maîtres des cieux Dim 27 Nov - 16:54
    félicitation, c'est du beau boulot: très bien écrit, bien documenté plutôt pratique pour les curieux...
    Sinon, juste un petite suggestion, tu aurais aussi pu mettre l'Unknow et le Zeruresu de Frontier, qui sont un lien assez évident avec les Rath.
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Pseudo IG : Masuku
    Rg MHGen : 90
    Rg MH4U : 700
    Voir le profil de l'utilisateur

    MessageSujet: Re: Carnets de la Wycadémie: Maîtres des cieux Dim 27 Nov - 18:45
    Ne t'en fais pas, j'ai prévu de couvrir les monstres de Frontier mais ce sera dans une série d'articles séparée de cette première salve. En effet, ces articles sont lourds pour moi en terme de trad et de recherche d'images (20 pages d'artwork pour le Gigginox à passer sur pixiv, dont pas mal de NSFW très dérangeants, ne parlons pas du Khezu), du coup je préfère séparer en plusieurs articles (j'ai d'ailleurs hésité à faire celui-ci en deux parties).
    Revenir en haut Aller en bas
    Contenu sponsorisé


    MessageSujet: Re: Carnets de la Wycadémie: Maîtres des cieux
    Revenir en haut Aller en bas
    Carnets de la Wycadémie: Maîtres des cieux
    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
    Page 1 sur 1

    Sujets similaires

    -
    » mon lapin est tres tres lent !
    » Tres legerment cochonne
    » [ SIMS 2 ] - Portes - Fenêtres - Sols & Murs etc. (Trouvé]
    » Onyxia vs 38 prêtres
    » 1ere Utilisation de l'ordinateur [Vidéo tres rigolote]

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Monster Hunter : Professeur Felyne :: La communauté :: Fan-made :: Carnets de la Wycadémie-